La difficile classification des légumes

Depuis toujours, l’homme a voulu recenser, décrire et classifier le monde vivant qui l’entoure.

Depuis des millénaires des savants ont voulu créer une classification des végétaux plus particulièrement des légumes. Certains étaient indifféremment appelés du nom d’espèces présentant des similitudes physiques. C’est ainsi que le mot latin pastinaca regroupait les racines charnues comme la carotte, le panais, le raifort …

Dans un même temps le mot latin legumen (du mot grec leberis : cosse) regroupait toutes les graines comestibles logées dans des gousses ou des cosses (lentilles, pois, fèves …) en fait nos légumineux actuels. Ce termes a fini par désigner tous les autres légumes (racines, tubercules, bulbes, fruits, tiges, feuilles). Cette classification entreprise par Aristote était un vrai casse tête.

Les légumes n’ont pas toujours eu le nom qu’on leur connait. Comment les classifier pour que tout le monde parle le même langage ?

Au 18ème  siècle, le naturaliste suédois Carl Von Linné va révolutionner le monde entier. Devant plus de 10000 espèces, il élabore une nomenclature internationale basée sur la juxtaposition de deux termes latins. De même que les êtres humains sont identifiés àcarl-von-linne
l’état civil par leur nom de famille et leur prénom,  Car Von Linné  identifie les  plantes  par deux  noms  composés : le  premier  (avec une majuscule) indiquant le genre  (par exemple Cucumis genre  commun  aux concombres et aux  melons);  le second  désignant l’espèce  (par exemple sativus). Le  concombre  devient donc Cucumis sativus de la famille des Cucurbitaceae et la laitue Lactura sativa de la famille des Astéracées.

Ces noms sont empruntés à la langue noble  de l’époque, parlée par toutes les personnes cultivées, du moins en Occident, le latin. Il s’ensuit qu’aujourd’hui encore, les naturalistes peuvent à peu près se comprendre quelle que soit leur culture d’origine.

 

+